jeudi 21 janvier 2021

Tant qu'il le faudra

Je vous invite à lire le texte publié par L'Etincelle, suite à l'agression fasciste dont elle a été victime. L'extrême-droite essaie d'instaurer un état de terreur par la menace et nombre de locaux associatifs et autres (dont "le 21" encore récemment comme le montre la photo ci-dessous) ont été dégradés, menacés par des bas du front bien connus.
 
 
Ce qui arrive à L'Etincelle est d'autant plus grave que le maire Christophe Béchu se met la tête dans le sable et attend sans doute que le plus grave arrive pour se gargariser de beaux mots.
 
Viendra un temps où chacun-e sera comptable publiquement de ses actes mais aussi de ses silences. En attendant montrez votre soutien à L'Etincelle mais aussi à La Grande Ourse qui vient de se faire expulser ce jour.

dimanche 17 janvier 2021

Le spectre de Shaminou !

J'ai fait imprimer quelques centaines de cartes postales promotionnelles pour l'atelier.
Elles sont en mémoire du regretté Shaminou (parfois orthographié Shaminou), chat errant qui avait établi sa base arrière au "21". Son bref passage parmi nous aura laissé une marque indélébile et nous sommes quelques-un-e-s à tâcher de poursuivre son action.
Vous pourrez faire circuler son image, n'hésitez pas à vous servir en passant à l'atelier.



jeudi 14 janvier 2021

Survie en milieu hostile

Allez, c'est fête ! L'artisan aguerri que je suis vous offre un de ces trucs éprouvés pour sortir indemne des affres de la guerre de basse intensité capitalistique.
 
Aujourd'hui je vous explique ma méthode infaillible pour clore très rapidement les démarchages téléphoniques en tous genres. C'est simple et cela a encore fait ses preuves ce matin à l'atelier. Petite étude de cas :
 
Dring, dring (ça c'est le bruit préhistorique d'un téléphone qui sonne) !
 
-La Tête dans le Guidon, bonjour.
 
-Bonjour, Dominique de la société XYZ, je désire m'entretenir avec le gérant.
 
-Ha, je suis désolé mais le gérant est décédé hier, ce n'est pas vraiment le moment.
 
En général on entend alors un petit bruit de déglutition gếné à l'autre bout du fil suivi de vagues condoléances et d'un au revoir. Temps total de l'interaction non-désirée : cinq secondes.

J'ajouterai que cette méthode à la don d'illuminer mes journées de rires impromptus.
 
Ne me remerciez pas.



mercredi 13 janvier 2021

L'Unior fait la force

Je vous présente mon nouveau pied de montage/dévoilage de roues. J'étais très à l'aise avec l'ancien mais avec la récente multiplication des diamètre d'axes l'obsolescence était proche.
 

Avant de finir, je me dois de justifier la faiblesse du jeu de mot qui titre ce billet. Le pied en question est de la marque slovène Unior. Je distribue d'ailleurs une bonne partie du catalogue de la marque, si vous avez des besoins n'hésitez-pas.

samedi 9 janvier 2021

Cucul Prapra

En surfant (comme on disait au siècle passé) sur le web, mon œil fatigué a été attiré par cette publicité contextuelle :
 

J'ai senti l'arnaque mais j'ai cliqué sur le lien en question pour tomber sur ça :


Une belle page de réclame pour une marque de bagnole. Désormais pour accrocher le chaland mâle et hétéro, le vélo peut servir d'alternative à la figure traditionnelle de "la-femme-à-poil" dans le répertoire du/de la pubard-e fainéant-e.
 
Je tombe donc sur de la pub mal déguisée accompagnée d'un copieux blahblah "lifestyle". Qui par exemple a la moindre probabilité d'être touché-e à l'évocation du souvenir d'un après-midi à dévorer des livres au Muthaiga Country Club de Nairobi ?

Et puis, il faut aussi compter avec la liste de collabs foireuses toutes aussi inutiles que nuisibles : sellerie, lunettes...

Le "vélo-hameçon" existe bien et est le fruit d'une de ces collabs. Il paraît qu'il transcende les codes de la mobilité, de la légèreté et de la modernité. C'est surtout un acide pris au petit-déjeuner qui a transcendé au delà de sa boîte crânienne l'esprit du/de la pigiste.

Et selon Fabio, un autre gusse qui a l'air de peser dans le game : l'esprit sportif aujourd'hui n'est pas seulement une question de course, c'est également être capable de suivre le rythme de plus en plus effréné du monde moderne. Je pense que c'est une question d'esprit sportif moderne.
 
C'est tellement philosophique que je me permets de mettre la pensée virtuoses de Fafa à la portée de vos esprits de rustaud-e-s mal dégrossi-e-s : l'esprit sportif d'aujourd'hui est moderne parce que l'esprit moderne est aujourd'hui sportif. En tous cas ce qui est compte sportivement c'est la modernité rythmique d'aujourd'hui. Ou un truc du genre. Bah, démerdez-vous en fait.

Il est tellement dans la modernité Fabio qu'il peut affirmer sans rire ce qui suit : que vous conduisiez une voiture ou un vélo CUPRA, vous ressentirez les même sensations exceptionnelles.
 
Hé wesh ! Conduire deux tonnes de ferraille climatisée ou pédaler sur un vélo à la force du mollet bah en fait c'est kif-kif bourriquot mon/ma couzin-e !
 
En lisant cet article torchon le qualificatif qui m'est venu à l'esprit c'est : cucul la praline. 

Et là, tout est devenu clair quand au message subliminal porté par la marque en question : CUPRA.
 
Il s'agit d'une simple contraction de Culcul la praline.
 
Et tout ce fatras publicitaire n'est qu'une vaine tentative pour camoufler un choix de nom calamiteux.
 
 CQFD.

dimanche 3 janvier 2021

Patron inquisiteur

 La CGT en 1903 savait y faire avec le patronat :



samedi 2 janvier 2021

Bleu connard et Métomol

Mes rencontres avec les automobilistes sont toujours littéralement hautes en couleurs, riches de conséquences marquantes et me font voir le vélo sous des angles aussi inattendus qu'improbables. La preuve en images.


 

J'ai été rassuré de constater que ma souplesse du tuyau d'arrosage laissé trop longtemps au soleil suffit encore à improviser de belles cascades. J'ai aussi pu assister au spectacle affligeant d'un automobiliste en mode "retenez-moi ou je fais un malheur" avec dans le rôle de l'ami-e qui ceinture le colérique...sa ceinture de sécurité. Croyez-moi, gros problème de street cred, surtout quand on s'apprête ensuite à fuir le pot d'échappement entre les jantes.

jeudi 31 décembre 2020

Mysoginie latente de la langue française

Il y a désormais prescription sur mon activité salariée de ces deux derniers mois et je sors du devoir de réserve que je m'étais imposé. C'est donc avec une jubilation mâtinée de malice que je propose une photo d'un document dont j'avais l'usage. Notez que je n'ai rien fait pour que l'erreur qui s'y est glissée soit corrigée. Je me dis que mon/ma successeur-e aura aussi la lourde tâche de réprimer un fou rire en découvrant la coquille. En ce qui me concerne, j'ai du m'éclipser près du compresseur en espérant que celui-ci fasse assez de boucan pour camoufler mes sanglots de joie.

Note : pour les non initié-e-s, parmi les outils d'un atelier vélo, il y a les "clés à cônes" dédiées aux réglages des roulements à billes des moyeux qui sont contraints par une pièce nommée "cône". Ces clés plates se caractérisent par leur faible épaisseur.

Ps : Je vous souhaite une année 2021 ! Pour ce qui est de la qualifier je reste prudent car il est trop tôt.

 

 

lundi 28 décembre 2020

Un p(n)eu de ménage

À l'entame de mon contrat temporaire, je suis un peu parti comme un voleur de l'atelier et j'y ai laissé une montagne de déchets. Toutes nos équipes s'activent actuellement à redonner un visage accueillant à l'antre de la bête.

 La reprise aura donc lieu mercredi 6 janvier à 11h !


 


jeudi 24 décembre 2020

Le Mauvais Classement

A la recherche d'un vélo, j'ai échoué sur Le Bon Coin. J'avais oublié sa logique de classement pour le moins douteuse.

Je sais bien que ce site est conservateur afin de ne pas troubler les habitudes, mais un effort de typologie serait le bienvenu pour nous faire accepter les 50 prochaines années à supporter tout cet orange de moquette murales 80's.

mardi 22 décembre 2020

Neil, Lance et la Twingo

Notre beau (et grand) pays s'est engagé dans un projet d'envergure : envoyer des hommes sur Mars. Malgré une avance technologique indéniable (un moteur de Twingo en guise de réacteur) le sort s'acharne :

Fabcaro et Fabrice Erre, Mars, Editions Fluide Glacial.

lundi 14 décembre 2020

Se serrer les coudes en les levant

 
Les temps sont durs, il faut se serrer les coudes. Bonne nouvelle, il est possible de se serrer les coudes en les levant !

Nous vous proposons de soutenir la ferme-brasserie "Hula Hop", à savoir Rico, Coralie et Gabriel, paysan.es brasseurs/brasseuses à Gennes. 

Anciennement "Lie Bière Terre" , le projet a pris une dimension agricole via la culture de céréales sur une parcelle depuis2017. Leur bière est maintenant fabriquée avec leur production d'orge en bio. Iels ont également une petite houblonnière à côté de la brasserie, la production ne suffisant pas à élaborer toutes  leurs recettes, iels achètent aussi une partie du houblon, en bio exclusivement et le plus localement possible.

En ce moment 3 bières sont disponibles à la vente, en bouteille de 75cl :

- L'insolente : bière blonde de type pale ale, légère et fruité 5,5%, prix : 4€

- L'insoumise : bière blonde de type pale ale fermentée aux levures de vin naturel, ce qui fait toute son originalité ! 5,5%, prix : 4€

- Chimère : macération de Pineau d'Aunis et de Gamay en grappes entières de chez JC Garnier, dans une bière blonde de type Pale Ale. Une belle couleur rose groseille et des notes poivrées, fruitées 6% , prix : 6,60€

Vous pouvez passer votre commande via l'adresse mail de l'atelier :

contact(nosp@m)latetedansleguidon.net

En passant commande, vous vous engagez à venir la chercher ce samedi 19 décembre entre 14h et 18h, lors de la permanence de la librairie "Les Nuits Bleues" au 21 rue Maillé à Angers.

Le règlement de la commande se fera à ce moment-là.




mercredi 9 décembre 2020

Le vélo de Bart

Dans la lignée de mon billet précédent, voici un autre extrait des Simpsons où vous pourrez juger de la qualité du travail d'Homer. Merci à A. mon fournisseur de dessins qui bougent.

lundi 7 décembre 2020

Nouvelle ère

Si le vélo trouve sa place dans un épisode des Simpsons c'est à coup sûr le signe qu'en terme d'hégémonie culturelle nous sommes sur la bonne pente !

mercredi 2 décembre 2020

Coup de Pouce, Pain dans la Gueule

La nouvelle vient de tomber, le Coup de Pouce vélo est prolongé jusqu'au 31 mars 2021.

Je dois avouer que j'accueille cette nouvelle avec une joie très modérée pour plusieurs raisons, les mêmes que j'avais déjà évoquées il y a quelques mois.

Avec cette opération, je trouve que la qualité de relation avec les client-e-s s'est pour le moins dégradée : injonctions paradoxales pour réparer avec seulement 50 balles de quasi-épaves, niveau d'exigence de résultat dément sur des vélos de piètres qualités, incompréhension quand j'avance le refus de réparer des poubelles ("Mais, je ne vais pas pouvoir avoir mes 50 euros ?"), etc. Qui plus est le travail et sa valeur est invisibilisé et j'ai parfois eu le sentiment de n'être plus au yeux que le sous-traitant pour une agence de l'état. C'est gênant quand on a choisi d'être "indépendant". Ce n'est pas pour rien que je me suis dit que c'était le bon moment pour aller me faire momentanément pendre un petit peu ailleurs.

Il faut aussi dire qu'avec l'explosion des achats de vélos en 2020, les stocks des fournisseurs de pièces détachées sont au plus bas, car les fabricants de vélos sont prioritaires sur l'"after market" (l'entretien). Certaines références pourtant produites en quantités sont parfois indisponibles depuis et pour des mois. Il faut donc jongler avec les différents comptes et passer un temps important en veille et recherche d'approvisionnement. Un retour à la normale de ce côté n'est pas prévu avant la fin du printemps. Je reviendrai bientôt ici sur cet aspect.

Je reste dans le Coup de Pouce pour le début de l'année qui vient. Je suis prosaïque, il est difficile pour moi qui ne vit (presque) que de la réparation d'être en dehors de ce dispositif.

Néanmoins, en 2021, il vous faudra être patient-e-s pour toutes les raisons évoquées. Votre patience nourrira la mienne et nous créerons ensemble un cercle vertueux aux couleurs de l'arc-en-ciel où tout ne sera que joie et sérénité. Si nous échouons dans cette œuvre commune le Coup de Pouce redeviendra pour moi un Pain dans la Gueule.

mardi 1 décembre 2020

Catalogue

C'est un progrès notable (et un travail de longue haleine) pour le projet porté par mes camarades de Les Nuits Bleues : la librairie est désormais dotée d'un catalogue en ligne qui frise l'exhaustivité. Alors une visite virtuelle s'impose, visite qu'il faudra doubler en "présentiel" comme on dit de nos sombres jours (voire même en "existentiel" ?) d'une commande que vous passerez retirer au plus vite lors d'une des permanence du samedi prévues en décembre.

Topette (on me souffle que le n°2 du magazine en question sera d'ailleurs bientôt dispo à la librairie) !


dimanche 29 novembre 2020

L'autre pays du bon goût ?

Si les Pays-Bas ont beaucoup à nous apprendre en matière de politique cyclable, je crois qu'en terme de bon goût nos deux pays jouent malheureusement parfois à égalité.



mardi 24 novembre 2020

Utopie du temps passé

Comme il se doit j'offre ici à la vindicte publique le fruit de mes dernières périgrinations au grand air.
 
 
 
Une journée qui démarre (au diesel) sous les meilleures auspices.
 
 
Coriace écorce.

L'ennui du chasseur

ruine = urine

 
Dernière tentation.
 
 
Le cul-de-plomb tombe dans un cul-de-sac.
 
 
Courte traversée Pacifique.

Tout ça pour un mauvais Moaï ? Mouai.
 
De toutes façons je carbure à l'ordinaire.

samedi 21 novembre 2020

Confiture aux cochons

Histoire de pas me faire de mouron en gardant la trésorerie de l'atelier à flots j'ai fouillé dans mon stock et je mets en vente une paire de beaux moyeux flambants neufs à prix cassé.

Il s'agit d'une paire de moyeux route DT Swiss 350 Classic dans la configuration suivante :

-axe 5 mm à blocage rapide (blocages non fournis).
-130 mm d'entraxe pour l'arrière.
-corps de cassette compatible Shimano 11 vitesses.
-32 trous, non-disque.

Admirez ces images chapardées sur le site d'un "pure player" concurrent, héhé :



Le PPGPR (prix public généralement pas respecté) de la paire est de 213€.

Je vends cette paire (inutile de me demander l'un sans l'autre) pour 150€ port-compris. Si vous être pren-eur/euse envoyez-moi un mail sur la boite de l'atelier. 

Premier-e arrivé-e, premier-e servi.e.

mercredi 18 novembre 2020

Pause vélo

Une personne bien intentionnée (cela va de soit puisque lectrice de ce blog) m'a fait découvrir le site Pause Vélo qui compile une tripotée de podcasts variés dans leur approche de la question pédalante. Merci !

lundi 16 novembre 2020

Cauchemar hippie

 

Ils étaient une dizaine, groupés autour de leur leader, un grand type glabre, coiffé d'un casque militaire, orné de deux cornes de bouc.
— 
S
alut Al, tu t'es déguisé en bison ?
Sadie fit la bise au grand type qui bégaya une réponse bourrue et inaudible avant de s'écrouler sur les marches en manquant d'ébra la bâtisse entière. À l'en croire, ce couvre-chef était le fruit d'une expédition punitive exercée à l'encontre d'un moto-club rival. Mais là, tous l'air complètement bourrés, ils n'avaient visiblement même plus la force de s'en prendre à Clem, le seul représentant mâle de la Famille. Bob, le copain de Danny, le regarde passer, couché par terre, l'œil vide, sans le reconnaître.
Des gens étaient assis sur les balcons, certains avaient les jambes qui pendaient dans le vide, un enfant faisait même du vélo à plus de huit mètres du sol sans qu'aucun adulte ne s'en préoccupe.

California Girls, Simon Liberati, éditions Grasset, 2016.

 

Evidemment, j'ai profité de l'unique occurrence d'un vélo sur trois cents et quelques pages pour vous partager ma lecture.

J'ai entendu dire que pour certain-e-s, l'utopie hippie du Summer of Love  entamée en 1967 s'est (voire a été) achevée avec les meurtres sanglants commis par la Famille réunie autour de la figure à la fois pathétique et délirante de Charles Manson. A la lecture de ce bouquin je me dis c'est une fin qui a viré au cauchemar.

J'ai dévoré ce roman qui s'attache à coller au plus près d'une réalité poisseuse et coagulante même si la lecture de beaucoup de passages a été éprouvante. Âmes sensibles et hippies sans grande conviction s'abstenir.


Note : Sur la photo d'illustration ci-dessus qui documente le procès de la Famille Manson, la dénommée Sadie (de son vrai nom Susan Atkins) est la jeune femme sur la droite.

mercredi 11 novembre 2020

1-3 V



Le magasin de mon actuel lieu de travail recèle un paquet de sympathiques vieilleries qui pourrait mettre l'eau à la bouche des fans de "vintage".

Comme c'est souvent le cas, les actuels possesseurs s'en moquent éperdument et cette chaîne Brompton va probablement passer encore une ou deux décennies tranquille dans la pénombre de son casier.

lundi 9 novembre 2020

Vitesse petit v


Voici courte vidéo pour expliquer aux enfants comment fonctionnent les vitesses. J'attends avec impatience le second épisode avec l'adjonction d'un triple plateau comme ça nombre d'adultes pourront comprendre à quoi servent ces mystérieux sélecteurs de part et d'autre de leur cintre.


mercredi 4 novembre 2020

En bonne voie ?

Parmi les candidats du budget participatif 2020 il y avait plusieurs projets autour du vélo. L'un d'eux a été retenu, il s'agit de la proposition de créer une vélorue. Je ne sais pas laquelle a été évoquée mais c'est un projet qu'il faudra suivre avec attention. Surtout que cette mairie n'a jamais pris un parti convaincant pour le vélo (vous noterez que je reste très poli).

Si vous voulez en apprendre plus sur le projet en question, il s'agissait de la proposition n°30. On jugera sur pièce lors de la concrétisation du projet mais je me souviens que son porteur était venu à l'atelier pour le présenter et pour laisser quelques flyers, bel effort de propagande !

Pris au vol

Ce n'est pas parce que l'atelier est momentanément (j'insiste un peu obligé tant certain-e-s n'entendent que ce qu'ils/elles veulent et ont déjà jeté l'atelier et votre serviteur six pieds sous terre) en pause que je vais aussi laisser s'endormir le blog. Alors je vous partage un écho de mon actuel et temporaire lieu de travail.

Il s'agit d'un petit lapsus attrapé au vol à la fin d'une pause :

-Donner c'est donner, repeindre c'est voler !

Il est vrai que cette remarque mérite qu'on s'y attarde car elle se vérifie souvent lorsqu'on observe attentivement la fine couche de peinture à la bombe sur certains vélos d'origine douteuse.

vendredi 30 octobre 2020

Rencontre de champions

Pour beaucoup d'entre-vous, de nouveau coincé-e-s entre quatre murs, le temps va reprendre cette sourde consistance visqueuse. C'est le signe qu'il faut se plonger dans un bon bouquin pour s'extraire de la mélasse de l'ennui.

Le triple champion dévoile ses secrets, remplira à merveille cette délicate mission. Cet ouvrage est issu de cinq jours de copieux entretiens réalisés au milieu des années 50 entre Gabriel García Márquez et Ramón Hoyos, figure tutélaire du cyclisme colombien.

Je ne suis pas en mesure de gloser sur l'œuvre de Gabriel García Márquez parce que c'est tout bonnement la première fois que je le lis. "Cent ans de solitude" traîne pourtant depuis des années à portée de ma main mais le titre en est tellement évocateur qu'il me donne le cafard et m'amène à chaque fois a en repousser l'entame.

Le triple champion est d'une lecture très aisée, c'est vif et il y a un procédé narratif qui est techniquement très simple mais d'une efficacité redoutable.

À travers le cyclisme, c'est une belle introduction à la vie quotidienne du peuple colombien des années 50. C'est aussi un portrait très poussé de la psyché si particulière d'un "champion". Enfin, ce n'était peut-être pas l'objectif mais la personnalité du "champion" de la littérature en devenir se dessine lui aussi par petites touches de manière assez nette et c'est assez intriguant.

Je vous propose un petit morceau pour vous ouvrir l'appétit :

Je me rappelle avoir vu de nombreuses fois, avec beaucoup de curiosité, des hommes passer à vélo dans les rues de Marinilla. Mais ils ne m'intéressaient déjà plus. Je crois qu'il me semblait impossible de garder l'équilibre tout en appuyant sur les pédales et en tenant le guidon avec les mains. Je n'ai donc jamais fait aucun projet en lien avec le vélo ; j'ai continué à aller à l'école, à progresser en arithmétique et à négliger toujours un peu plus l'orthographe, cherchant toujours un moyen de me rendre à Medellín pour travailler chez le glacier.

Un livre à grignoter entre deux séances de "home trainer" ou plutôt de "rouleaux" comme on disait dans les années 50.

Gabriel García Márquez, Le triple champion dévoile ses secrets, traduit de l'espagnol (colombien) par Marion Bouvier et Pierre Boisson, éditions So Lonely, 2020.

jeudi 22 octobre 2020

Parenthèse en chantier

Cela fait déjà plusieurs années que je tourne autour du pot et que l'envie de relever la tête du guidon et de regarder un peu ce qui se passe ailleurs me chatouille l'esprit. Après plus de 11 années consacrées corps et âmes à "mon" atelier des questionnement devenaient récurrents : "Est-ce que je vaux encore quelque-chose sur le "marché du travail ?", "Mes connaissances ne sont-elles pas devenues obsolètes ?", etc. 

Vous n'êtes pas sans savoir que l'année 2020 aura été spéciale et qu'elle aura été propice à l'introspection (au moins pour ma petite personne). Du point de vue de l'atelier, l'opération Coup de Pouce aura entraîné un rush sans précédent sur lequel je reste très critique. La pression a été (est encore) folle, inévitablement j'ai géré cette pression comme j'ai pu mais le fait de ne pouvoir satisfaire tout le monde a généré des tensions que je n'ai pas toujours bien digéré. Evidemment, je prends ma part, je n'ai pas toujours fait preuve de tact et de patience.

Toujours est-il qu'un jour un client particulièrement indélicat con m'a énervé au point que j'ai postulé dans la foulée pour un remplacement dans une autre entreprise du secteur du vélo. Et le fait est que ma candidature a été reçue.

Je vais donc mettre l'atelier en pause en novembre et décembre pour une courte mission. L'atelier rouvrira ses portes au tout début de janvier 2021.

Comme l'atelier et la librairie Les Nuits Bleues sont très liés cela implique une réorganisation. On en reparlera, mais mes collègues libraires se sont organisés afin que la Connaissance reste accessible. Soutenez-les !

L'atelier sera donc en pause jeudi 29 octobre au soir !

mercredi 21 octobre 2020

Votre attention svp !

 L'atelier sera fermé ce vendredi 23 octobre !

lundi 19 octobre 2020

samedi 17 octobre 2020

Le facteur su' l'vélo

Encore un cadeau éthylique ! Je commence à penser que vous me percevez comme une sorte de caricature de vieux mécano pochtron. Un peu à l'image de celui chez qui j'allais gamin, qui planquait des bouteilles de picrate dans sa poubelle pour tromper la surveillance de son épouse.

Le présent en question se nomme Le facteur su' l'vélo :


De là à croire que je vais me prendre "une sacoche"...

lundi 12 octobre 2020

Magasin d'immonde

 

C'est l'un des objets majeurs de la civilisation du transport sur route. [...] sa multiplication contribue à et éclaire certains phénomènes majeurs de l'histoire humaine depuis la fin du XIXè siècle : l'impérialisme, l'industrialisation, l'exploitation des ressources et de la main d'oeuvre, la société des loisirs, les mutations des transports ou encore les guerres et la mondialisation.

L'acte officiel de naissance du pneumatique (1888) se fait avec l'invention de la chambre à air pour les bicyclettes par l'Ecossais John Boyd Dunlop [...].

Je conseille volontiers l'article de Thomas Le Roux sur Le pneu et son histoire dans l'ouvrage collectif Le magasin du monde. Ce livre est d'une lecture très aisée : succession d'articles brefs qui relèvent le défi de brosser une histoire du monde moderne et contemporain à travers notre usage et la diffusion des objets.

Le magasin du monde, La mondialisation par les objets du XVIIIè siècle à nos jours, P. Singaravélou et S. Venayre (sous la dir. de), Fayard, 2020.

mercredi 7 octobre 2020

Nuances de camaieu

En bon daltonien je n'ai jamais rien compris aux histoires de nuances et de camaieu. Cette photo ne fait pas exception, on y comprend rien.


dimanche 4 octobre 2020

Emouvant mouvement

Les cyclistes apportent une joyeuse contribution au mouvement contre les inégalités qui se déroule actuellement au Chili. Bravo !

samedi 3 octobre 2020

Déso, pas déso !

L'atelier sera fermé ce jeudi 8 ocobre, c'est exceptionnellement exceptionnel !

Merci de votre incompréhension !

mercredi 30 septembre 2020

A Angle droit

Vite fait en passant je vous refile un petit truc concernant le réglage des freins cantilever, juste au cas où vous auriez l'idée de vous y atteler !

Un élément clé concerne le câble de liaison des bras du cantilever. Je vous conseille de le régler de manière à ce qu'il forme un angle à 90° entre les 2 sections, comme sur ce splendide exemple que je vous fournis gracieusement ci-dessous :

Les fabricant-e-s nous prennent d'ailleurs pour de tel-le-s imbéciles que le plus souvent ils impriment un petit repère comme c'est ici le cas dans le rond central. Il suffit donc de veiller à ce que la section gauche du câble s'aligne parfaitement avec le trait et le tour est joué ! Alors bien sûr quand vous serez des mécanos et mécanas averti-e-s vous pourrez varier cet angle afin de jouer sur le toucher et le mordant du freinage mais je vous laisse explorer ça seul-e-s pour le moment.

Enfin, comme vous l'aurez compris ce maigre tutoriel était un vulgaire prétexte pour jouer avec l'outil "pinceau" sur mon logiciel de traitement d'image histoire d'agrémenter ma pause méridienne.


jeudi 24 septembre 2020

Myopie de la boule cristal

 J'ai reçu ça sur mon téléphone professionnel aujourd'hui.

 Le flash était tellement fort que tout est devenu flou pour notre pauvre voyant


samedi 19 septembre 2020

Le Guide Suprême

  

Le titre de cet article dans la PQR m'a fait réaliser à quel point j'ai été un imbécile toutes ces années en croyant que la pratique du vélo seraient facilitée par l'amélioration des conditions de circulation.

Alors qu'il suffisait qu'Angers sorte un guide pour que la ville devienne radieuse à vélo ! Dès que je l'ai en ma possession je le glisserai dans ma poche arrière et, tel un Saint Christophe laïc, Le Guide veillera sur mes destinées et mon intégrité physique. J'ai hâte.

Merci Le Guide.

lundi 14 septembre 2020

La Topette

C'est un plaisir d'accueillir un nouveau titre qui vient bousculer le ronron de la presse locale : La Topette.

Pour les non-angevin-e-s ce titre pourra paraître obscur, alors une petite explication de texte s'impose. Dans le parler local "topette", parfois écrit "tôpette" signifie, "salut", "au revoir".

Ce trimestriel se présente comme "local, populaire et indiscipliné". Et ma foi le premier numéro tient ses promesses abordant des thèmes assez épineux localement : Angers et son projet de "smart-city", la pluie de financement public sur le Center Parc du Bois aux Daims, etc.

Un article en particulier a retenu mon attention : "Angers : les travers du budget participatif". On y apprend que cet argent public va parfois alimenter des projets qui n'ont rien de "citoyens". Ainsi, La Ruche à vélos qui porte un projet de parking sécurisé va bénéficier de 150000€ d'aide au titre du budget participatif. En clair de l'argent public va généreusement ruisseler sur une start-up par un mécanisme qui n'est pas destiné à cela.

Comme le dit La Topette en guise de conclusion : "Merci Angers". Traduction du parler angevin vers le françois moderne : "Merci cher-e-s contribuables, vous êtes bien braves !".

Mes camarades librairies ont été avisé-e-s et vous pouvez d'ores et déjà vous y procurer La Topette !