dimanche 8 décembre 2019

Donc on y va.

Quand ils arrivèrent à l'entrée du Coliseum, Orvil se retourne vers Loother et lui demande s'il a le cadenas.
« C'est toujours toi qui le prends, dit Loother.
Je t'ai demandé de le prendre avant de partir. Je t'ai dit : "Loother, est-ce que tu peux prendre le cadenas, je ne veux pas qu'il abîme mon costume." Tu l'as vraiment pas pris ? Merde. Qu'est-ce qu'on va faire ? Je te l'ai demandé juste avant de sortir et tu m'as dit oui, je l'ai. Loother, tu m'as dit oui je l'ai.
— Je devais parler d'autre chose. »
Orvil dit « Bon » en soupirant et leur fait signe de le suivre. Ils planquent les vélos dans des buissons de l'autre côté du Coliseum.
« Grand-Mère va nous tuer si on se fait piquer nos vélos, dit Loney.
— Mais il est hors question qu'on y aille pas réplique Orvil. Donc on y va. »

C'est extrait d'un premier roman qui met les tripes à l'envers. Des pages pleines de la colère, du courage, de la tristesse et de la tension des destins croisés d'Indien-ne-s d'Oakland et d'ailleurs qui se rendent au pow-wow évoqué plus haut. L'écriture est parfois tellement sur le fil du rasoir que je me surprends les mains crispées sur les pages. Je ne l'ai pas encore terminé car il faut parfois du répit avant d'aller plus avant. Néanmoins, je ne peux que vous conseiller de vous le procurer.

Tommy Orange, Ici n'est plus ici, traduit de l'américain par Stéphane Roques, Albin Michel, 2019.

lundi 2 décembre 2019

Ne plus battre retraite


Inutile de me rendre visite jeudi 5 décembre, l'atelier sera fermé !

Comme beaucoup j'ai décidé de ne plus battre en retraite et de battre le pavé.





dimanche 1 décembre 2019

Entre deux eaux

Voici un bref résumé en images de notre escapade rituelle au Salon des Anges Vins.

 

Cette sortie m'a laissé songeur. Quand la route est sous 40 cm d'eau, peut-on encore parler de "cyclisme sur route" ? Je vous laisse réfléchir de votre côté, j'ai un vélo à vidanger.

mercredi 27 novembre 2019

Ivre de la Jungle

Pour la blague, j'ai pustulé postulé à un service ubérisé de réparation de vélos où le réparat-eur/rice se déplace. J'avais envie de connaître les arguments avancés par la plateforme pour déclencher l'adhésion. Je voulais aussi connaître les pré-requis de connaissance du "métier", si ce mot à encore un sens.

 
Pour ce qui est de la propagande, le bavardage est dans l'air du mauvais temps. "Serein, récompensé, libre, autonome et protégé", jusqu'ici tout est habituel, je me sens dans la peau de Mowgli et je laisse Kaa dérouler son laïus et enrouler ses anneaux.


Concernant la partie métier, les critères sont faibles pour ne pas dire inexistants. Il y aurait beaucoup à redire mais fonçons à l'essentiel, à savoir la question suivante :


Afin de vous aider à résoudre un problème d'une acuité rare (pour ne pas le qualifier d'injonction paradoxale), je propose les solutions suivantes qui me paraissent les seules vraiment décemment envisageables :

a) Je file au magasin de farces et attrapes acheter un costume de magicien-ne.

b) Eh bien, à moi de jouer Kaa l'hypnotiseur au client. En chemin je fronce déjà les sourcils et je roule des yeux exhorbités.

c) J'offre ma tige de selle et ma selle au client, ainsi que mon slip et ma carte bancaire (avec le code) pour le dédommager de ma piètre prestation.

d) Si c'est comme ça, je rentre chez moi ! Ras le cul je suis pas un larbin !


Bienvenue dans Le Livre 2.0 de la jungle.

mardi 26 novembre 2019

Thomas, vs. baignoire

Rien de tel que l'application pratique pour maîtriser les maths. J'ai glané cet exercice destiné à de jeunes collégien-ne-s, ce cher Thomas Voeckler y remplace avec brio la traditionnelle baignoire...


Je vous laisse résoudre ce problème et je ne cache pas que je me désintéresse totalement du résultat étant donné que les performances de Thomas m'ont toujours laissé indifférent.

jeudi 21 novembre 2019

Vieux débris

Cela m'a fait un choc de découvrir que la bicyclette où sa représentation peut être considérée comme une "trace archéologique". Tout ça à cause de la découverte d'une gravure de vélo datée de la première guerre mondiale sur une porte de grange en Angleterre :


De là à dire que les amat-eurs/rices de vélo vintage sont des momies où des débris (instructifs) du passé, il y a un pas que je ne franchirai évidemment pas (avant l'Anjou Vélo Vintage 2020) !

mardi 19 novembre 2019

Drais-Ultra


Je ne résiste pas à partager avec vous un lapsus entendu récemment sur une fréquence du sévice public radiophonique. Interrogé à propos d'une mesure depuis longtemps discutée mais jamais entérinée, un invité s'exclame :

" Cette décision c'est la draisienne !".

Je trouve que c'est inspirant, nous pourrions imaginer une course en draisienne qui relierait Karlsruhe, ville de naissance de l'inventeur de la dite machine, à Arles ?

Je vais m'y pencher !

Enfin peut-être.

Disons qu'on en reparle demain.

Si j'ai le temps.

Et l'envie.

vendredi 15 novembre 2019

Il Grupetto

C'est un peu la honte pour un angevin d'avoir mis tant de temps à me rappeler l'existence de cette chanson de Les Thugs.



Two more miles and it's gonna stop
Now I have to follow the pace
Water! Water!
Two more miles and I'll reach the top
(Oh! I'm in the Giro
Oh! I give the tempo)
One more mile and I'm slowing down
The smallest gear is killing my legs
Water! Water!
One more… 
 
Les Thugs, Il Grupetto, Nineteen Something, 1997.

mercredi 13 novembre 2019

Raymond Poulidor



Raymond Poulidor
1936-2019




-Garanti sans retouches.

dimanche 10 novembre 2019

Ma vie dans les orties

Le cyclisme c'est du gâteau (au beurre).

En attendant Godot.

Plutôt crever.

Apprivoiser l'inévitable

Buggy-Woogie.

Rendez-vous êtres cernés.







vendredi 8 novembre 2019

Vol de gratuit

Ce message s'adresse à toi sale merd-eux/euse qui, hier après-midi, a volé la pompe-à-pied que je laisse en libre-service devant l'atelier. Je ne vois pas de terme plus approprié pour décrire quelqu'un-e capable de s'approprier un objet qui profite à tou-te-s de manière gratuite.

J'ai remis une pompe neuve, mais voilà, à cause de ta connerie, elle est désormais sous vidéosurveillance  :

mercredi 6 novembre 2019

Cartes d'Anjou


Les Archives Départementales vont proposer une exposition "Cartes d'Anjou". En bon cycliste, pour qui les cartes sont des livres comme les autres avec simplement une plus grande place laissée à l'image et à l'interprétation, je suis fort intrigué.

Je ne trouve pas beaucoup d'informations mais l'exposition se déroulera du 25 novembre 2019 au 27 mars 2020, du lundi au vendredi (sauf jours fériés) dans les locaux des Archives au 106, rue de Frémur.


ps : Oui, je sais que la carte qui illustre ce billet n'a rien à voir avec l'Anjou, mais elle est tellement belle que je n'ai pas résisté !

lundi 4 novembre 2019

Mon braquet est naze !


Pas facile d'enquêter en se faisant passer pour un coureur cycliste. Bérurier va se heurter à cette réalité sous la forme d'une escadrille de religieuses :

Le Gros, tout gros qu'il soit, décrit un vol plané d'oiseau de proie piquant d'une lourde glissade sur l'agneau qui paît en paix. Il s'abat sur un groupe de gentilles religieuses massées en bordure de la route. Il en renverse six, comme des quilles. Il s'empêtre dans leurs cornettes, leurs jupes, leurs ceintures de chasteté. Il jure, il trépigne, il foule, il s'écrase, il malaxe.
 - Quoi, merde ? demande-t-il en se relevant à la Supérieure, devenue nettement Inférieure après avoir morflé le Mastar sur la colonquinte. C'est de ma faute, des fois ?
-Dieu soit loué ! s'écrie Pinaud dont la ferveur est toujours prête à quelque résurgence.
Il avait envoyé son personnel, ce brave bon Dieu, pour amortir le choc.
-Pas trop de bobos ? lancé-je au Champion.
-Quelques esquimaudes aux genoux et aux coudes, mais mon braquet est naze !
Effectivement, le vélo gît, roues voilées comme le regard d'une jouvencelle qui vient de dénicher Gamiani dans le commode de ses parents. Un fourgon "Cycles Plombier" heureusement radine, qui fend la foule des photographes. On passe un vélo neuf au Mahousse.

San Antonio, Vas-y, Béru !, 1965.

mercredi 30 octobre 2019

Eternel besoin de repos


Comme il se doit, l'atelier restera fermé ce vendredi 1er novembre. J'en profite pour prolonger ce repos salvateur le samedi 2 novembre. Je vous retrouve dès mardi !

Attention, je remettrai ça en fermant l'atelier le samedi 9 novembre !

lundi 28 octobre 2019

Tonnerre d'e-tron ténor

Quels qu'ils soient, les "bouchons" sont responsables de bien des tracas de la vie quotidienne. Heureusement, Audi en déclinant sa gamme d'e-tron vient à la rescousse de la constipation urbaine.

Le plus simple est sans doute de vous abandonner à la lecture de l'article ci-dessous.


Le service communication de la chiasseuses classieuse marque aux anus anneaux reste indubitablement au sommet en matière d'humour scatophile. Il est "savoureux" d'apprendre que l'e-tron [...] peut désormais atteindre 20 km/h, ou encore qu'il accuse 12 kilos sur la balance (cette dernière information est assez inquiétante pour notre transit déjà encombré de citadin-e-s). Cela ne m'est en tous cas pas indifférent, puisque comme vous, je suis particulièrement sensible à ce que mes déplacements soient "propres" et ne laissent pas de traces inopportunes. Léger bémol, à 2000 € euros j'avoue avoir encore des réticences à l'idée de me déplacer en ville juché sur un e-tron. Je ne suis pas prêt à passer outre les jugements hâtifs de mes congénères.



Source : e-Rolling Business, oct-nov 2019, p.7.

mardi 22 octobre 2019

J'avais pas vu !

Ah, le sas vélo, ce grand impensé des automobilistes ! Rennes tente d'y remédier (en transformant la chaussée en écran de smartphone).

jeudi 17 octobre 2019

Coquille coquine

Je parcoure régulièrement la presse quotidienne régionale. Je lisais récemment un article sur les futures innovations qui allaient concerner les cyclistes ainsi que les humanoïdes à trottinettes (désolé je ne sais comment les nommer). Déjà, d'un point de vue éthique le mélange de ces deux usages aux intérêts forts divergents, pour ne pas dire antagonistes, aurait du me mettre la puce à l'oreille.

Mais, le plus grave est advenu à la lecture de la quatrième innovation :
L'article n'a clairement pas été relu pour en chasser les inévitables coquilles. Il semble que l'anarchie en tant que système politique ne soit en rien responsable de la profusion débordante de trottinettes dans nos rues et au fond de nos cours d'eau. Le titre adéquat est donc : "Face au libéralisme et à l'ubérisation, des stations pour trottinettes". Vous aurez corrigé vous-mêmes et il ne vous aura pas échappé que le titre demeure néanmoins aberrant car le moyen de résoudre le problème des trottinettes serait de les supprimer. Mais, je sors ici du domaine étroit de la correction des coquilles dans la presse.

mardi 15 octobre 2019

Baromètre


Je vous invite à prendre quelques minutes pour répondre à la deuxième enquête "Baromètre des villes cyclables". C'est par ici ! Mon baromètre cyclable personnel est en chute libre et au bord de la dépression.

mercredi 9 octobre 2019

Bagnoles à gogo

Tadaaam ! Une nouvelle démonstration par l'absurde de la place de la bagnole à Angers. Inauguré il y a une quinzaine de jours, un parc/skatepark est adossé à la nouvelle patinoire. Un bel endroit pour les petit-e-s et les grand-e-s, sauf que comme il se doit, et bien que la patinoire soit équipée d'un parking, la bagnole a déjà réussi à s'immiscer sur un des extérieurs du parc :


A quand la vision d'enfer d'un SUV qui pète un nosegrind au milieu des skates et des patinettes ?

dimanche 6 octobre 2019

Haïku bas


Elles tournent, c'est dans l'ordre des choses,


Quant à moi, j'érode dans les interstices,
 
 

Et le bourdonnement des grands ensembles,
 
 

Dans le but de récompenser mes moindres efforts.





jeudi 3 octobre 2019

Usurpation d'atelier

Bon, il faut voir les choses en face, je suis jaloux. Regarder la vidéo ci-dessous est une torture, un peu comme si quelqu'un avait usurpé un de mes rêves les plus intimes : accueillir Billy Bragg pour un concert dans mon atelier. Alors, j'en viens presque à lui en vouloir, surtout qu'il remue le couteau dans la plaie en faisant des blagues vélocipédiques.


mardi 1 octobre 2019

Happy end

J'ai la joie de vous annoncer que ce billet est le dernier épisode du feuilleton à multiples rebondissements. Comme il se doit, après un suspense insoutenable, nous allons conclure sur une fin heureuse.

Hier, de bon matin, deux employés de la ville se sont affairés à mettre un place 4 arceaux vélos flambants neufs, juste en face de l'atelier :

La place de stationnement pour les personnes à mobilité réduite a été déplacée d'une vingtaine de mètres :

Tout est bien qui finit bien. Il ne me reste plus qu'à rouvrir ma guerre de basse intensité contre les scooters et motos qui ne vont pas manquer de venir accaparer ces emplacements. La routine quoi.


vendredi 27 septembre 2019

A ? Haha !


Cette semaine, l'inimaginable s'est produit. Une personne qui avait tout les atours de la Raison est entrée et m'a demandé si je vendais des "A". J'ai un peu tiqué, et je lui ai demandé ce qu'elle entendait par "A". En le reformulant, j'ai compris que cette personne venait d'obtenir son permis de conduire.

Je me suis permis d'en rire.

mardi 24 septembre 2019

BMX Kid

Un titre bien trouvé est un prétexte largement suffisant pour prendre place sur ce blog. Je vous recommande de mettre beaucoup de volume. A celles et ceux qui pourraient reprocher un biais dans mes choix musicaux je me permets de lancer une perche. Ecrivez-moi si vous avec des compositions classiques à me soumettre !



JoeFarr, BMX Kid, 2017.

jeudi 19 septembre 2019

Plus ou moins de mieux en moins

En ce moment je ne chôme pas, c'est le moins que je puisse dire. Je croule sous le taf. La faute à ce ciel désespérément (oui, j'assume cette entame de phrase) bleu qui n'ouvre toujours pas les vannes. En conséquence, les délais de réparation s'allongent un peu. J'ai (jusqu'à l'arrivée de la pluie je pense) environ une semaine de travail devant moi. Pour vous faciliter la vie, j'effectue toujours au plus vite et sans rendez-vous les petits tracas comme les crevaisons. Par contre, pour des travaux plus conséquents, il vaut mieux accorder nos violons et convenir d'un créneau si vous ne voulez pas vous voir éconduire !

Je tiens à vous rassurer, le travail et l'argent sont deux données qui ne sont pas directement connectées en ce bas-monde. Je bosse beaucoup (trop) mais pour autant mes revenus ont bien été disruptés dans l'esprit des temps. Alors plutôt que de ruiner ma santé de futur nonagénaire fringuant en travaillant vainement plus pour gagner plus, j'ai décidé (d'essayer) de travailler moins pour gagner si possible aussi peu. En clair, j'ai déclaré une guerre ouverte au présentisme, syndrome bien connu des gens qui travaillent "à leur compte".

Ce samedi 21 septembre sera le dernier où l'atelier fermera ses portes à 19h. Par la suite, je serai en week-end le samedi à partir de 18h. Ne me remerciez pas ça me fait plaisir de vous montrer la voie vers des jours plus radieux.

 (photo surtout pas contractuelle)

samedi 14 septembre 2019

June Lewis

Plus jeune j'avais tendance à préférer le punk-pop américain. Désormais mes goûts penchent vers la version britonne : moins de skate, plus de pubs. Quoi qu'il en soit voici un hommage à une membre (pas n'importe laquelle pour Billy) du Medway Wheelers Cycling Club par The Buff Medways.


mardi 10 septembre 2019

Suite et (bientôt) fin ?

Ma bouteille à la mer semble avoir touché le rivage de la Direction de l'Espace Public. Entre-autres messages j'ai eu le plaisir, il y a quelques minutes de prendre connaissance de celui-ci :

La Direction de l'espace public a bien pris connaissance de votre message.
Nous sommes en train de voir, en lien avec l'aménageur de la ZAC,
ALTER, où des arceaux provisoires pourraient être réinstallés, à proximité, pendant la période des travaux.
Je ne manquerai pas de revenir vers vous dans les plus brefs délais pour vous tenir informé.


Je laisserai ma joie déborder le jour où les ouvrier-e-s seront à pied d'œuvre mais il me semble que cette péripétie est sur le point de se refermer.