mercredi 20 septembre 2017

samedi 16 septembre 2017

Parlons vélo

La FUB lance une nouvelles enquête pour répondre à la question : Votre ville est-elle cyclable ? Il est appréciable de répondre à une enquête directement connectée à sa réalité quotidienne et j'espère que beaucoup d'angevin-e-s répondront pour apprécier la circulation à vélo et et ce que je perçois comme l'apolitique cyclable de nos élu-e-s.

Parlons vélo !

jeudi 14 septembre 2017

V comme viande et vélo


L'exploitation des animaux a un impact écologique majeur. En 2013, la FAO a évalué à 14,5 % (soit un septième) sa part dans les émissions de gaz à effet de serre dans le monde, ce qui en fait le premier pollueur, devant le secteur des transports dont les tauliers de l'écologie ont pourtant fait leur adversaire absolu, voire exclusif. Lorsque des débats sur les causes du réchauffement climatique et de la pollution atmosphérique se mettent à pleuvoir sur nos ondes, que ce soit lors d'une conférence internationale ou d'un pic de pollution, il est rarissime d'entendre parler d'élevage, alors que ce devrait être le premier sujet de conversation. Comme le disent souvent les militants pour résumer l'idée, «  un végétarien en 4 x 4 pollue moins qu'un mangeur de viande à vélo ».

V comme vegan, Théo Ribeton, éditions Nova, 2017, p.20.

mardi 12 septembre 2017

Périphérique intérieur

Les feuilles commencent à tapisser les chemins. Avant que la boue ne viennent à bout de nos vélléités de nature c'est le moment de musarder à travers chemins et sous-bois. Celui qui avait préparé notre parcours avait réussi la gageure de concocter un parcours de presque 50 km sans jamais sortir de l'emprise de l'agglomération angevine. Nous avons donc erré dans les chemins à l'arrière des lotissements, aux abords des zones industrielles, à travers des confettis arborés. Une bande de gamins désoeuvrés qui traîne dans le quartier en somme.

Autant en emporte l'élan.

Les automobilistes n'aiment pas qu'on fouine sur la route. Prenons la tangente.

Pyramide des âges ?

Landes and freedom.

Vallée d'amour.

 
La question qui m'a taraudé toute la matinée : Faut-il de gros mollets pour avoir de gros pneus ou est-ce le contraire ?

"Mais si, promis, il y a un chemin !"

Les meilleures choses ont un muffin.


Je profite de l'espace ici ouvert pour interpeller Mr. Béchu, maire d'Angers, sur le fait qu'actuellement Angers semble plongée dans un mauvais remake de "Massacre à La tronçonneuse".

samedi 9 septembre 2017

For those about to drink


Petite info de dernière minute ! Si le coeur et le gosier vous en dit : rendez-vous ce soir à 19h à l'atelier pour aller boire un verre à Canoncanon à Rochefort-sur-Loire. Eclairage de rigueur. Trajet au plus direct soit environ 40 km aller-retour.

jeudi 7 septembre 2017

Petite boucle

J'ai parfois du mal à distinguer le visage des personnes qui passent le pas de l'atelier. La faute à un contre-jour tout à fait adéquat pour réaliser les photos de familles les mieux ratées. Ce matin j'ai donc mis quelques secondes à réaliser que la personne qui vient à moi est le mécanicien, désormais à la retraite, que j'ai dérangé si souvent lorsque je commençais à tripoter des tas de ferraille trouvés dans les poubelles. Il était alors rare à l'époque que je ne passe pas une à deux fois par semaine (voire plus) demander un conseil, m'enquérir de la possibilité de me procurer une pièce, emprunter un outil*, voire le plus souvent profiter d'une atmosphère que j'aimais tant. C'est un peu grâce à (ou à cause de) lui que l'idée d'essayer d'en vivre s'est faite une place grandissante dans mon esprit.

Le voilà donc venu me demander d'extraire un pédalier Stronglight sur un vélo de route qu'un ami lui a confié pour restauration. Par chance, il ne dispose plus dans sa caisse à outils de l'extracteur adéquat ce qui me vaut cette visite de courtoisie.

Je prends le cadre et poursuit la discussion tout en effectuant cette manoeuvre de routine. De mon point de vue la situation est étrange. Les places "habituelles" autour du pied d'atelier sont inversés. Je ne suis plus l'élève. Il n'est pas le maître. Je prends conscience du chemin parcouru lors de cette dernière décennie. Un peu chaotique mais je crois ne pas m'être trompé de destination. Souvent perdant, jamais perdu.



* L'option emprunt d'outil n'étant devenu envisageable qu'après un long et bien compréhensible temps d'observation.

mardi 5 septembre 2017

Ferez-vous le poids ?

L'été tire à sa fin, le temps est donc venu de peser publiquement la bourriche du "21" !

Rendez-vous samedi 30 septembre à partir de 19h au 21 rue Maillé.

On boira évidemment quelques coups en soutien au local et une pesée publique tranchera. En attendant, il est toujours possible d'y aller de son approximation farfelue. Je peux en effet affirmer que si certain-e-s ont le compas dans l'oeil, la plupart d'entre-vous n'ont pas une balance dans le poignet.

samedi 2 septembre 2017

Engin préhystérique

Sans atteindre ces performances notre RS1600 est l'une des trottinettes électriques les plus puissantes du moment, passant de 0 à 50 km/h en moins de 5 secondes. [...] C'est ainsi une puissance cumulée de 1600 watts [...] qui sera délivrée afin de dépasser les 65 km/h.

Sachant qu'en français le suffixe "ette" désigne en général un objet petit, inoffensif voire mignon, le terme de trottinette ne convient pas à ce dinausaure des rues. Velocitrottinator est apte à mettre en exergue la vitesse de l'engin, Tyranautrottinattor Rex si c'est le côté grand prédateur qui est à souligner. Quoi qu'il en soit les piéton-ne-s et les cyclistes peuvent numéroter leurs abats s'ils doivent cohabiter avec ce machin qui va les transformer en quilles de bowling.

J'espère que cette immondice va vite rejoindre les débordantes poubelles de l'histoire des transports.

Essai extrait de e-Rolling, août-seotembre-octobre 2017.

mercredi 30 août 2017

Bilan et perspectives

Je me permets de relayer un article qui fait bien le point sur la situation du bike-polo en France. La situation angevine ne déroge pas au tableau exposé, ça patine au niveau infrastructure ce qui handicape pour engranger des adhésions, et comme il y a peu d'adhérent-e-s il est difficile d'accéder à des infrastrucrures correctes et de pouvoir les conserver. L'oeuf et la poule.

mardi 29 août 2017

King-Kong

J'ai pris très peu de photos lors de la sortie destinée aux enfants. Avec le retour de la canicule et le rythme très tranquille de cette promenade, je me sentais tellement en vacances que diriger ma main vers ma poche à la recherche de mon appareil était une vraie torture. Vous devrez vous contenter d'un compte-rendu succinct.

Certains ont progressé à vélo depuis l'an dernier ! Il ne reste plus qu'à discerner la gauche de la droite pour pouvoir comprendre toutes les consignes.

Au passage du bac, "Chris King Kong" nous narguait depuis l'autre rive, distillant un subtil mélange d'angoisse et d'envie d'en découdre.

La plus hardie abandonne père et mère pour lancer la poursuite.

Voici Chris qui entre deux assauts a bien voulu prendre une pause et la pose.

Malgré les apparences c'est un gorille fort aimable, le voilà qui après avoir donné son spectacle va se chercher une bière et une glace.

La plupart des habitant-e-s de l'île n'étaient pas déguisé-e-s et divaguaient dans le plus simple appareil.

N'empêche qu'un simple costume fait grimper aux arbres.

Ciao ! A l'an prochain ?

jeudi 24 août 2017

Nouvelle (di)version


Après 8 années de bons et loyaux services, le site internet était pour le moins obsolète. Au niveau du contenu, il ne reflétait plus ce qu'était devenu le projet, pas plus que les produits et marques distribuées. Et puis, d'un point de vue technique il n'était plus adapté à l'usage massif des smartphones.

Une nouvelles version est donc accessible à l'adresse habituelle :

latetedansleguidon.net

Le contenu va volontairement à l'essentiel, l'actualité étant diffusée via ce blog, l'idée du site est plutôt de servir de présentation succincte et d'offrir une vision globale de La Tête dans le Guidon.

De petits ajustements auront sans doute lieu dans les semaines à venir.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont bossé de près où de loin sur cette refonte, en particulier T. pour l'aspect technique et Résonance Visuelle pour le graphisme.

mardi 22 août 2017

Sophisme

Excellent article de la presse locale où j'apprends que la voiture n'est pas responsable des bouchons. Il semblerait selon ce-tt-e spécialiste anonyme du sujet, qu'une entité, pour le moment dénommée "automobiliste", serait présente au sein du véhicule et qu'elle influerait grandement sur le comportement de l'automobile.

Il faut d'ailleurs en conclure que l'arrivée des véhicules autonomes va nous libérer des bouchons. Quel soulagement d'apprendre que la voiture est une technologie neutre qui n'est pas en soit le problème.


Des idées de prochains articles de fond :

-Les accidents nucléaires civils ne sont pas dus qu'aux centrales.
-Les mort-e-s et blessé-e-s par dans les conflits armés ne sont pas dûs qu'à la guerre.

Je me tiens à disposition de Ouest-France pour mettre en place d'éventuels dossiers humoristiques. J'ai plein d'idées sophistes tiquées !

jeudi 17 août 2017

La vengeance du sixton

Comme il se doit, la veille de ma rentrée n'a été qu'une longue attente, la gorge nouée. Toujours ce même stress de bon élève qui me pèse parce qu'il est inutile : pas de nouveaux camarades à renconter, pas de prof que je veux à tout prix éviter, pas de crainte quant à mon futur emploi du temps.

Toute cette tension tombe évidemment très vite hier, une fois le clé glissée la dans la serrure. Ma journée débute par de la gestion que je m'emploie à évacuer pour plonger avec délectation les mains dans le cambouis. J'entame quelques menus travaux en guise de mise en bouche. Les premier-e-s client-e-s se succèdent. C'est la rentrée : beaucoup de crevaisons à réparer. Ce n'est pas la partie la plus glorieuse (d'ailleurs il y a-t-il une quelconque gloire à tirer de ce travail ? J'en doute.) de l'ouvrage mais je m'y plie de bonne guerre. Sur un vélo, dont je viens de changer le pneu arrière, j'essaie de remettre à la bonne pression son homologue avant. Rien n'y fait, la valve semble avoir un problème et fait barrière à ma volonté. Je démonte la roue et essaie de démonter la chambre à air. Le peu de pression présente dans l'ensemble m'empêche de glisser un démonte-pneu. Aux grands maux les grands remèdes, je vais péter la valve récalcitrante pour défaire le tout. Un jeu d'enfant. Je la travaille comme un troisième torture un sixième à son entrée au collège.

J'aurai dû me souvenir quand, alors que j'étais moi-même collégien, un "grand" s'en était pris à un "sixton", espérant s'attirer quelques gloussements complaisants de la part d'une camarade dont il convoitait les charmes naissants. Humilier à bon compte un avorton est une méthode aisée et naturelle pour affirmer sa virilité. Hélas, l'avorton d'apparence inoffensive était retors et les grillages de la cours du collège se sont transformés pendant quelques secondes en cage de MMA. Rejouant David et Goliath, le "faible" sixième éclata d'un coup de boule d'anthologie le nez du gros sac qui venait de l'importuner. Un massacre. Une jouissance silencieuse pour toute la communauté des "sixtons".

Toutes proportions gardées la scène s'est rejouée dans mon atelier. Comme prévu la valve s'est déchirée à la base révélant pourquoi elle ne remplissait plus sa fonction. La chambre avait été réparée avec une  bombe anticrevaison. De longues années étaient passées, la pourriture s'était installée et la valve était figée dans une gangue marronnasse. Lors de la rupture cette mixture visuellement et olfactivement très proche de la merde de chien m'a explosé à la figure et s'est répandue sur mon tableau à outils.

Vous comprendrez qu'après une telle humiliation j'ai besoin de m'épancher. Un bizutage n'est jamais anodin.

mardi 15 août 2017

Sortie de rentrée :

Quand il s'agit de feignasser, nous ne sommes pas les derniers par ici, preuve en est que pour la prochaine sortie, je me suis contenté de reprendre le texte et le parcours de l'an passé. Une surprise supplémentaire est quand même prévue.

Dans un grand élan d'humanisme, La Tête dans le Guidon va essayer de faire oublier aux petit-e-s et aux grand-e-s la douleur incommensurable de la rentrée des classes.

Pour ce faire, rendez-vous à vélo dimanche 27 août, à 11h, au milieu du pont Confluences. Au programme une sortie de 5 km pour gagner la ferme de  l'île Saint-Aubin. Comme vous le comprenez, cette sortie est taillée à la mesure des jeunes enfants qui débutent sur deux roues mais qui ont déjà envie de s'arracher de la ville pour se frotter aux grands espaces sauvages. Et puis, il faut qu'ils/elles acquièrent de bonnes habitudes en matière de transports... Une fois sur place, nous prendrons le bac pour pique-niquer, glander sur l'île ou échanger des blagues caramelisées qui arrachent plus de molaires que de rires. Le retour se fera ensuite au bon vouloir de chacun-e.

Pensez à vous munir de menue monnaie pour le passage du bac et pour étancher votre soif.

Je tiens à affirmer qu'il n'est pas nécessaire d'être parent ou enfant pour venir. Il n'est même pas nécessaire d'aimer la présence des enfants, il vous suffira alors de les snober.

Voici un petit aperçu de l'an passé.

vendredi 11 août 2017

Match nul

Match nul mais pas sans intérêt vu l'engagement des protagonistes.

Je n'ai malheureusement pas trouvé le nom de l'illustrateur de cette planche extraite du Dictionnaire des injures.

Dictionnaire des injures, Robert Edouard, éditions Tchou, 1970

mercredi 9 août 2017

Devenez actionnaires !

Le faible coût d'acquisition d'un ensemble professionnel d'outillages pour la mécanique vélo est un avantage indéniable pour qui veut se lancer et ouvrir son propre atelier. Grosso modo, pour 5000 euros votre outil de travail ne sera jamais pris en défaut.

S'installer en tant que paysan-ne est une autre paire de manches et l'endettement à long terme est trop souvent inévitable. Combien de projets agricoles porteurs de changements ne voient pas le bout parce qu'ils achoppent sur la question financière ? Heureusement, pour acheter des fermes ou renforcer des projets existants il existe des alternatives.

En Pays-de-Loire, l'association Terre de Liens est un des visages de ces alternatives. Elle articule protection de l'environnement, qualité de l'alimentation, et soutien aux candidat-e-s qui veulent s'installer en agriculture biologique.


Peut-être avez-vous eu l'occasion de siffler une quille issue de la brasserie locale Lie Bière Terre ? Au "21" nous sommes adeptes de leurs bières. Aujourd'hui nos deux amis, Coralie et Eric, souhaitent devenir paysans-brasseurs. Non contents de faire de la bière ils veulent maîtriser l'ensemble de la chaîne de production, culture de l'orge et du houblon compris. La Foncière Terre de Liens va acheter 22 hectares d'un seul tenant pour leur éviter de s'endetter et pour lancer leur activité sereinement.

Vous pouvez participer en devenant actionnaires solidaires. Toutes les infos nécessaires sont en lien ici ! Prenez le temps de vous pencher sur la question ! Le coût d'une action de 108,50 € n'étant pas à la portée de toutes les bourses, je mets en place à l'atelier une cagnotte. Dès que le montant d'une action est atteint, je commande une action qui sera établie au nom de l'atelier. La Tête dans le Guidon qui pousse son maigre auditoire à l'actionnariat, on aura décidément tout vu !

vendredi 4 août 2017

Force brute

Les vacances exacerbent ma flemmardise. Alors, parfois je prends la bagnole, j'y fourre mon vélo et je roule jusqu'à un coin méconnu pour y fureter. Un étrange atavisme me pousse à aller là où personne ne rêve d'aller. Quand j'ai dis à mes ami-e-s que j'allais faire un tour du côté de Châtellerault ils/elles ont baissé les yeux vers le sol en essayant de masquer leurs ricanements. Cette journée dans le ventre de la France a été néanmoins riche d'enseignements et une belle leçon de géographie physique au sens corporel du terme.

Après un café vite avalé dans un rade du centre-ville je m'échappe vers l'est. Je ne tatônne pas une seconde et trouve aisément la sortie de la ville. J'emprunte la route de la Justice. Evidemment, en bon innocent, je m'y suis trouvé seul.

Sans y prendre garde, j'ai franchi un col. Pourtant le relief est à peine plus chaotique que la surface d'une galette de blé noir et je doute que ce col ait jamais ralenti la progression de qui que ce soit.

La passage du col des Sarrazins m'avait donné l'envie d'accompagner mes efforts d'une petite bolée de cidre. Je me suis contenté de passer à Champagne.

Cette sortie était tellement venteuse que je me serai cru perdu au beau milieu de l'Océan Pacifique. Mes hallucinations sont devenues réalité lorsqu'a émergé la presqu'île de Pâques aux abords du lit de La Creuse.

Après des tours et détours, mon objectif était une courte escapade au village d'Angle sur l'Anglin. Je n'en ai ramené que quelques misérables clichés sur fond de ciel humide et tourmenté.

Sur le chemin du retour, j'ai constaté que pour d'obscures obssessions sécuritaires, les habitant-e-s d'un bled avait mis le fils du proprio de l'église sous résidence surveillée. Je n'en croix crois toujours pas mes yeux.

J'ai péniblement regagné mon point de départ en me faisant le plus petit possible face à un vent qui forcissait d'heure en heure. La brutalité de cet ennemi invisble m'avait depuis longtemps amené à rebaptiser la ville Châtel Raw. J'irai même plus loin : Châtel Raw Power.



jeudi 3 août 2017

Rebelote

Réservez d'ores et déjà votre dimanche 27 août. Comme l'an passé, il s'agira d'une promenade dédiée aux enfants. Plus d'infos à venir mais le rendez-vous sera sans doute donné autour de 10h.

lundi 31 juillet 2017

Loin mais pas trop


Avec l'âge, la raison s'impose. Pour cette sortie estivale nous avions convenu que le point de rendez-vous le plus approprié serait prêt d'un défibrilateur. Sait-on jamais. Et puis, à l'image de nos péripéties vélocipédiques, son design rock'n roll à la AC/DC nous va si bien.

Après un court voyage en train, nous voilà dans une petite ville rendue célèbre par un candidat malheureux aux présidentielles qui a placé ses maigres économies dans l'agence locale du Crédit Agricole. Je préfère néanmoins nettement le PMU qui dispose d'un petit musée avec un superbe Marcel Duchamp et quelques tableaux qui m'ont paru moins authentiques.

Après une entame un peu chaotique avec moult franchissements de barrières nous voilà partis pour 75 km de chemins loin de tout.

Pas trop loin quand même, c'est flippant la nature.

Certains proprios ornent leurs biens de cygnes extérieurs de richesse richement colorés.

Comme il se doit avec les humains, l'esprit de surenchère fait parfois verser dans un style martial que je réprouve.


Toute cette volaille en stuc ne pèse pas lourd face à la prestance d'un couple de cigognes de chair et de plumes. C'est la première fois que j'en croise en Anjou.

J'avais opté pour de grande roues, de relativement petits pneus, et des vitesses à la pelle pour une forme assez misérable. Mon éclatant compagnon avait pris le contrepied avec un quasi vélobèse en monovitesse : le modèle Cooker de la marque Charge.

Bien efficace ce "cuisinier"  qui est même disposé à faire la plonge.

Retour en ville. Ne parle-t-on pas d'urbanité pour évoquer le savoir-vivre ? Les campagnard-e-s n'ont pas idée de leur rudesse.



Quelques photos bonus non-légendées dont je ne sais pas quoi faire où dire :