mardi 8 juin 2010

Dérapage


Le processus de délocalisation des entreprises industrielles des pays du nord vers le sud et de l'est n'est pas sans conséquences. Je ne vous apprends rien et ne vais donc pas me lancer dans un cours d'économie...
Toujours est-il que cela ne se fait pas sans conflictualité ici et évidemment là-bas. En l'occurrence, les marques de pneus Vittoria et Geax sont directement concernées. Nombre de leurs références sont actuellement indisponibles. la crise qui a secoué la Thaïlande en est pour partie responsable mais également les mouvements sociaux qui en bloquent la production. Ces mouvements semblent très forts. En effet, les distributeurs et grossistes n'annoncent un retour à la normale qu'à la fin de l'été.
Je ne peux que souhaiter une issue victorieuse à ces mouvements. Nous paierons peut-être nos pneus un poil plus cher ici, mais ce ne serait que justice. Je n'ai jamais compris qu'un produit aussi technique, nécessitant un savoir-faire conséquent, fabriqué dans des conditions souvent très pénibles et qui a traversé la moitié de la planète pour finir sur nos roues et dans nos rues soit à un prix final aussi faible... Si le coût commercial semble bien bas, il m'est avis que le coût social et écologique est aujourd'hui largement sous-évalué et devra bien un jour ou l'autre être pris en compte.

1 commentaire:

Kriscox a dit…

A quand un monde où l'homme sera la priorité avant un bout de papier avec des chiffres dessus...