jeudi 18 octobre 2012

Journée de l'infâme

Cette semaine, comme souvent, j'ai reçu quelques catalogues, dont deux pour des home-trainer et autres rouleaux. Et, une nouvelle fois, l'industrie du cycle nous prouve qu'elle cultive une vision très genrée de la société. En clair, le vélo c'est avant tout un truc de mecs avec des burnes. Bien sûr, les femmes sont de plus en plus présentes dans le sport cycliste et l'industrie les perçoit comme un public à conquérir, mais globalement, de maladresse en bévues, le marketing cycliste propage une vision sexiste surannée. Petite consultation de catalogues commentée :

Pendant que monsieur pédale, bobonne s'en tient à son rôle de femme d'intérieur et prépare un repas récupérateur. Le lecteur attentif notera que bobonne est une excellente ménagère, l'intérieur est nickel. Remarquez, monsieur ne semble même pas transpirer... Autre incongruité, la présence d'un ordinateur directement sur le plan de travail de la cuisine me semble bien risquée, en tous cas avec un goret comme moi.

Autre scène de genre : monsieur bosse son cardio, madame se déplace avec grâce dans son environnement quotidien. Monsieur est beau, madame est belle. Un vrai tableau de Poussin.

Monsieur est un vrai forçat du rouleau. Madame se touche la chevelure derrière une cloison qui ressemble à une cabine de douche... Il y a-t-il un message libidineux caché ? Pourquoi monsieur détourne-t-il son regard ? Madame voudrait-elle signifier qu'elle aimerait que monsieur chevauche autre chose que son vélo ? J'arrête là, je suis capable d'aller beaucoup trop loin.

Monsieur ne descend jamais de son vélo, cependant, il peut compter sur la douce et rassurante présence de madame (un vrai accessoire d'intérieur) qui lit sagement dans l'escalier (l'espace est en effet compté dans ce petit appartement de bonne). Monsieur la regarde à nouveau, le désir renaît-il ?


Autre scène, autre sexisme :
Cette fois-ci madame pédale ! Je crois que nous avons à faire à une femme moderne et émancipée. Monsieur fait-il la cuisine en arrière plan ? Non, lui aussi entretien son corps !

Et, dès qu'il dispose de quelques minutes, il vient expliquer à madame ce qu'il faut faire pour améliorer ses performances. Que ferait madame sans de bons conseils avisés ?


Le catalogue d'une autre marque sera-t-il moins sexiste ?
Voyons voir :
Raté ! Cette fois-ci bobonne soutient monsieur dans ses exploits depuis le bord de la route. En plus, elle se cogne la garde des deux gniards en furie.

Il y a encore du taf.

1 commentaire:

Maurice Henri a dit…

Pour ma part, rien que le concept d'home-trainer me hérisse le poil, alors sa mise en images/situation, ça frise la nausée.