samedi 12 avril 2014

Psychéponge

Dimanche dernier, le brevet des 200 km s'est bien passé. J'ai en réserve un paquet de photos et quelques anecdotes plus ou moins déformées mais, pour une fois, je vais m'abstenir et garder tout ça pour moi.

Par contre, je me propose de vous faire comprendre à quel point je me sentais concerné par cette boucle vélocipédique. J'y ai quand même consacré quelques dimanches de préparation, j'en ai parlé avec des amis assez longuement, etc. Alors, forcément même si tout s'est passé sans encombres, ma psyché est encore toute imprégnée.

Ainsi, la nuit passée, j'ai revécu en songes une partie du parcours. Surtout, avant de me lancer sur les routes j'ai du, comme il se doit, retirer ma carte à faire tamponner aux points de contrôles. Etrangement, la moitié de l'équipe du RCA était composée de ma famille et je crois bien que c'est ma mère qui m'a remis ma carte en mains propres. Je vous laisse analyser cette relation fils/mère, moi je préfère pas savoir, surtout que j'ai jamais vu ma mère sur un vélo et ça en dit long, non ?

Une fois inscrit, je me souviens avoir très longtemps tergiversé sur l'intérêt d'emmener sur mon porte-bagage un four à micro-ondes que j'avais pris soin d'emmener. Comprenez mon hésitation, un micro-ondes, à condition de trouver une prise électrique sur le parcours, c'est la garantie de manger chaud et donc un confort non-négligeable ! Par contre j'avais l'intuition que le dit objet ménager m'encombrerait inutilement avant et après le repas. Qu'ai-je fais ? Je ne sais plus.

Je vous passe d'autres péripéties qui ne regardent que moi et mon amour-propre. Je crois de toutes façons en avoir dit assez sur mon implication psychologique dans ce brevet.


ps > Malgré toutes mes recherches, ce lâche de Freud n'était même pas dans le peloton du brevet. Je trouve assez révoltant d'échafauder pleins de thèses fumeuses sur les rêves des autres sans jamais y assister. Pour le coup, au niveau implication c'est zéro Sigmund !

1 commentaire:

Aline M a dit…

http://www.meltybuzz.fr/il-court-le-marathon-de-londres-avec-un-frigo-sur-le-dos-a274435.html