lundi 10 mars 2014

Crime organisé

La mafia a frappé.

Hier, se tenait la cérémonie de remise des prix de Peine-et-Gloire. Il y a quelques mois, quand l'idée de cette épreuve avait été lancée, la boite mail de l'atelier a débordé de promesses de participation. Les plans les plus fous pour emporter la victoire étaient échafaudés, les participations les plus lointaines m'étaient promises, la liesse populaire semblait submerger d'espoir le vieux monde du cyclisme.

Las, l'heure des comptes est venue. Une nouvelle fois, il aura fallu reconnaître que "les promesses n'engagent que ceux qui y croient". Nous n'avons été que cinq à participer. Nous avons d'ailleurs tou-te-s bouclé le tour complet du département. Votre serviteur ne comptant que pour l'exemple, il restait quatre concurrent-e-s en lices.

La dernière place revient à J.-M. qui boucle son périple in extremis et m'expédie ses deux dernières cartes juste avant la clôture du temps imparti. Belle ponctualité justement récompensée.

N. termine second. Il était parti pour une folle échappée puisque début novembre, il a tenté de boucler le tour d'une seule traite. Après avoir validé son passage dans sept des huits départements limitrophes, le temps exécrable a eu raison de sa volonté. Il a été contraint au repli, abattu par un "vent traître et mesquin". Ce vent et cette pluie qui, le même jour, m'avaient fait abandonner après quatre misérables kilomètres, aidés par la crevaison d'une chambre à air et de mon moral. Ce n'était que partie remise et le week-end suivant N. tutoyait la frontière vendéenne et terminait l'épreuve.

Le malheureux ne savait pas qu'un couple de tandemistes renommés, Mr. et Mme C., parcourait placidement à un train d'enfer (je vous assure que c'est possible en même temps) les mêmes routes, le même week-end, ne s'offrant pour seul confort qu'un retour au bercail pour se restaurer et dormir. Le plus simple est certainement de citer un extrait de leur dernière carte postale : "Nous aimons beaucoup ce genre de petit challenge sans prétention, prétexte à une balade de 224+247=471 km." Il était certes difficile de lutter contre deux participant-e-s d'une telle efficacité qui comptent nombre de Paris-Brest-Paris à leur actif et qui le week-end passé venaient à peine de valider un brevet de 600 km. Bravo !

J'espère remettre le couvert pour cette épreuve, peut-être à une période de l'année plus propice à motiver les foules. A suivre !

Cette cérémonie était aussi l'occasion de s'amuser grâce au jeu Cyclo Geek. Je pensais avoir affaire à des amis désintéressés qui proposaient un jeu de leur crû. Offre d'autant plus alléchante que le record du monde allait être homologué ce dimanche. Bel perspective pour la renommée de l'atelier. J'aurai du me méfier des sourires de circonstances qui me paraissaient vaguement carnassiers. Les beaux discours cachent souvent des âmes noires. D'ailleurs, au début tout allait pour le mieux. L'équipe que je formais avec P. écrasait la compétition de sa superbe et nous survolions l'épreuve avec plus de 5000 points au compteur. Les réflexes d'acier de P. faisaient merveille face à l'écran, quant à moi, j'excellais dans les sprints. Puis, l'équipe officielle de Cyclo Geek s'est mise en place et le masque est tombé.

Leur cycliste était frêle et souffreteux. Pourtant les bonus s'enchaînaient. Son acolyte amorphe semblait toujours en retard d'une action, étrangement son score s'envolait. Quant au troisième larron, il furetait trop dans les recoins de l'atelier pour que cela soit tout à fait honnête. Devant un public incrédule et abasourdi, les voilà établissant un insaisissable record et raflant les somptueux lots que le "21" avait mis en jeu.

J'ai immédiatement pris conscience que nous faisions face à une forme de crime organisé, une inique tentative d'escroquerie. Il ne fallut pas longtemps pour qu'un camarade ne découvre, caché sous la selle du vélo, un interrupteur déclenchant un mode "easy". L'arnaque est d'une simplicité si souvent éprouvée. On appâte le gogo, on lui fait miroiter des merveilles, on lui laisse toucher du doigt le bonheur et au dernier moment on lui fait les poches, non content d'avoir profité de son hospitalité et de la fraîcheur houblonnée de son frigo. Histoire d'enfoncer le clou, je crois même que le vélo n'alimente pas réellement la borne d'arcade !

Ils ne nous ont pas eu. Qu'ils emportent leur maudit record au diable avec les coups de pieds au train dont nous les avons généreusement pourvus en guise de défraiement ! Voici quelques photos de ces criminels en pleine tentative d'extorsion sur de frêles victimes. J'espère qu'ils ont conscience de notre magnanimité : nous avons flouté leurs regards pour préserver leur intégrité corporelle d'une vindicte populaire pourtant amplement méritée.




4 commentaires:

raymond poulidargent a dit…

Cher Monsieur X.
L'équipe Cyclo Geek m'a chargé de vous rappeler qu'aucune irrégularité n'a été constatée par la haute instance indépendante de contrôle du cyclo geek.
Nous vous avertissons également que si vous continuez à mentir à notre sujet, nous nous verrons dans l'obligation de saisir la justice.
En ce qui concerne votre piètre performance, je ne peux qu’émettre des doutes quant à vos compétences de réparateur d'une machine dont vous savez à peine vous servir! Pour votre défense, ça aiderait si P. appuyait sur les bons boutons! Bande de nazes

La Tête dans le Guidon a dit…

Sont-ce des menaces ?

Boris a dit…

Quel regret de ne pas être venu, malheureusement tout ne va pas toujours dans le sens des prévisions.
Félicitations aux participants de Peine et Gloire, quand aux prétendus escrocs de cylo-geek, ne serait-ce pas là une belle démonstration de dopage électronique?

La Tête dans le Guidon a dit…

Tout juste !