dimanche 24 février 2013

J'ai pédalé avec le Général Cambronne


La petite sortie du jour était contrastée. Nombre d'arbustes étaient en fleurs alors qu'il faisait un froid de chien et qu'il neigeait. C'était assez déstabilisant, mais pas autant que la "découverte" du vétété pour P. Elle a beau être une pratiquante très régulière, il faut avouer qu'elle est plus familière des virées en monovitesse sur un asphalte bien cancérigène. La vue d'un chemin parsemé de trois cailloux et de deux flaques de boue la fait abondamment transpirer. Cette inquiétude n'était pas amoindrie par sa monture à laquelle elle reprochait, entre autres, la brutalité des freins à disques. Et puis, je ne comprenais pas pourquoi, alors que je la devançais sur la piste, j'entendais "Et merde !" de manière très récurrente. Ce n'est qu'au centième "Et merde !" que j'ai compris ce qui se jouait et ce que cela signifiait.

"Et merde !", c'est très précisément le condensé de, tenez vous bien : "Et merde, je me suis encore trompée ! Acrévindiou, j'y comprends que dalle à ces sélecteurs de vitesses à la con !"

Comme quoi un surcroît de technique ne signifie pas pour autant plus de facilité d'utilisation.

En tous cas, voilà une expression à ranger dans les dictionnaires d'argot cycliste aux côtés de "mettre la plaque", "voir la sorcière aux dents vertes" et autres "pédaler avec les oreilles". C'est certes moins poétique, mais dans l'effort, tout à fait évocateur.

2 commentaires:

La Conserverie a dit…

Ha ha ha! Excellent! On imagine très bien le tableau.
Mais à ton avis, combien de temps faudra-t-il au monde du cyclisme (et plus particulièrement du vétété) pour recycler toutes ces expressions dans la langue ennemie à ce brave général?

La Tête dans le Guidon a dit…

oh shit !